fbpx

Durée de vie moyenne des fumeurs : quelle est-elle?

Image

Le tabagisme est en France l'une des première cause évitable de mortalité et de la diminution de l'espérance de vie. Lutter contre le tabagisme doit donc être une action assez prioritaire pour veiller à la préservation de la santé publique. La Haute Autorité de santé met des outils à disposition des professionnels de santé pour qu'ils puissent prendre en charge les fumeurs et leur assurer un accompagnement adéquat lorsqu'ils souhaitent arrêter le tabac.

Mais quelle est la durée de vie moyenne d'un grand fumeur ? C'est ce que nous allons découvrir !

Calcul de la durée de vie moyenne d'un fumeur

L'espérance de vie en 1995 des hommes fumeurs âgés de 45 ans était de seulement 28,1 ans, alors que celle des non-fumeurs était de 35,5 ans, soit 7 ans de plus. Les fumeuses âgées de 45 ans, quant à elles, pouvaient en 1995 espérer vivre encore 30,5 ans, contre 40,8 ans de plus pour les non-fumeuses, soit une différence supérieure à 6 ans. L'écart d'espérance de vie entre un fumeur et un non-fumeur demeure encore important, même à 65 ans. Près de 6 années séparent le nombre d'années à vivre entre un homme qui fume et un homme qui ne fume pas. Ainsi, fumer aurait un très grand impact sur l'espérance de vie, pouvant aller jusqu'à diminuer presque le quart d'années de vie qui reste chez une femme âgée de 45 ans.

De nombreux éléments peuvent expliquer cet écart de mortalité. Les sujets qui fument sont plus à même de souffrir de plusieurs maladies que ceux qui ne fument pas. Un non-fumeur, pour sa part, adopte généralement des comportements plus sains, particulièrement :

  • une meilleure hygiène alimentaire ;
  • une consommation plus modérée d'alcool ;
  • une activité physique régulière.

Gain de la durée de vie après le sevrage du tabagisme

L'arrêt du tabac offrirait une plus grande espérance de vie et réduirait la mortalité, en particulier celle liée au cancer bronchopulmonaire et ainsi qu'aux maladies cardiovasculaires. Peu importe l'âge du patient lorsqu'il arrête de fumer, le bénéfice demeure existant. De cette manière, un fumeur qui fait un sevrage à 40 ans verra son espérance de vie augmenter de sept ans. Il serait donc capital d'effectuer un repérage systématique des fumeurs et tout patient devrait être interrogé sur sa consommation de tabac pour qu'il puisse profiter d'une aide dans sa démarche de sevrage.

Dès lors qu'une personne qui fume est identifiée, il est important de l'encourager aussitôt à arrêter. Ses chances de faire un sevrage augmenteront de manière considérable si des conseils lui sont livrés par un professionnel du sevrage tabagique. Et c'est lui qui évaluera la motivation du patient. La base de la prise en charge d'un patient addict à la cigarette est le soutien psychologique et le bon accompagnement. Un Traitement de lasérothérapie auriculaire peut être proposé si le patient est dépendant. Ce denier va faire en sorte de :

  • prévenir les rechutes ;
  • réduire l'envie de fumer ;
  • soulager les symptômes de sevrage.

Moyens proposés pour l'accompagnement des fumeurs au sevrage tabagique

S'il est accompagné par un spécialiste du sevrage tabagique, un fumeur aura plus de chances d'arrêter de fumer. L'acteur clé pour assurer le soutien moral et l'accompagnement de ce dernier reste le médecin traitant. Les TNS sont en premier recours indiqués pour les patients dépendants, mais de nombreux autres moyens ont démontré leur efficacité, tels que :

  • les outils d'auto-support ;
  • le soutien téléphonique par le biais de la ligne téléphonique de "Tabac info service" ;
  • la thérapie cognitivo-comportementale : elle requiert une formation particulière ;
  • l'entretien motivationnel : il a pour but de soutenir après avoir suscité la motivation à un éventuel changement.
  • la lasérothérapie auriculaire

Quel est l'impact du tabagisme sur la qualité de vie du fumeur ?

Consommer du tabac aurait une multitude d'effets négatifs sur la qualité de vie et la santé de l'Humain. En effet, il permet de détériorer le bien-être du fumeur de différentes manières.

La qualité du sommeil

Le tabac contient de la nicotine qui représente un stimulant, elle va donc nuire au sommeil. Ainsi, le fait de fumer va croître les risques d'apparition de problèmes lorsque le fumeur dort, dont :

  • des cauchemars ;
  • des nuits écourtées ;
  • des insomnies ;
  • apparition de l'apnée du sommeil ;
  • des ronflements ;
  • des réveils plus fréquents le soir.

Les efforts physiques

Fumer diminue la circulation sanguine et irrite les voies respiratoires. Aussi, le CO de la fumée va remplacer l'oxygène dans le sang, Par conséquent, le fumeur respire plus difficilement lorsqu'il fournit des efforts physiques. Le tabagisme a une influence sur l'activité physique des fumeurs :

  • il rend leur récupération plus difficile après avoir fourni des efforts ;
  • ils ressentent plus rapidement de la fatigue ;
  • leur endurance est grandement réduite.

Le tabagisme amènerait pour toutes ces raisons un grand nombre de fumeurs à baisser leur activité physique de manière considérable.

Alimentation

Les éléments composant le tabac permettent d'altérer l'odorat et le goût qui, eux, abaissent la sensibilité gustative du fumeur, ce qui fait qu'ils tendent à consommer plus de graisse, de sucre et d'aliments salés.

Prendre RDV
Centre Laser Stop Tabac
Faites le pas pour vous libérer de l’addiction